In Vie de l'entreprise

Nous sommes en 2017 après Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les SSII. Toutes ? Non ! Une petite ESN d’irréductibles Artees résiste encore et toujours à l’envahisseur. Comment se démarquent-ils ? Quel est donc le secret de leur potion magique ? C’est ce que nous allons voir dans un triptyque d’articles consacrés à la culture d’entreprise. Car profitabilité peut rimer avec humanisme, car business peut aller de pair avec des valeurs fortes, voyons comment ARTKeoS s’assure du bien-être de ses collaborateurs et a tout à y gagner. Premier épisode.

 

ARTKeoS arrive sur le marché des infrastructures IT et du data management, en septembre 2015 et casse les codes des SSII en plaçant l’humain au cœur de son organisation. Vous savez, les SSII, c’est un peu les Romains, ils ont mauvaise réputation, « dealeurs de viande », problèmes de management, manque de reconnaissance, valeurs d’entreprise piétinées. Alors ARTKeoS refuse de s’inscrire dans cette lignée, veut créer du lien social.  Tout ce blabla, c’est bien, mais concrètement, ça donne quoi ?!

Deux ans après la création d’ARTKeoS, on fait l’bilan avec son fondateur, Gaël Tempier. Alors, more than a company ?

 

1. La vision de l’entreprise par et pour les collaborateurs

 

L’entreprise est source de richesse. Elle l’est bien évidemment pour ses actionnaires, ce que l’on observe depuis les débuts du capitalisme, mais plus le temps passe, au gré des révoltes ouvrières, de l’évolution de la société, de l’apparition d’internet, plus elle le devient pour ses collaborateurs également. Pourquoi au juste ?

 

« Tout d’abord, il n’existe pas d’entreprise sans collaborateurs. Ce sont eux qui créent la valeur ajoutée de part leur capacité d’innovation, d’organisation et d’exécution. Ils sont ainsi indispensables au processus de création de richesse. Toutefois, l’homme n’est pas une machine, il a des états d’âme, des attentes, des souhaits, des rêves, il est imparfait, commet des erreurs, est d’humeur changeante. Pourtant, il est capable de tellement de grandes choses quand il est mis dans de bonnes dispositions qu’il est donc devenu, selon moi, essentiel de repenser le modèle de collaboration entre l’entreprise et le collaborateur afin de le mettre dans les meilleures dispositions et ainsi transcender sa valeur ajoutée », nous explique Gaël Tempier.

 

« Il n’existe pas d’entreprise sans collaborateurs »

 

« L’entreprise a une responsabilité sociale fondamentale. Elle doit être un lieu d’échange, de concertation, où chacun est libre d’exprimer son point de vue. Elle doit également subvenir aux désirs de développement de chacun de ses collaborateurs et ainsi offrir à chacun la capacité d’atteindre ses propres objectifs tout en restant aligné sur le but du projet entrepreneurial.

 

  • La profitabilité oui, mais à quel prix ?

C’est pourquoi la profitabilité reste l’un des objectifs prioritaires mais pas à n’importe quel prix, ni au détriment des valeurs fondatrices. En effet, la profitabilité permet de se doter de moyens nécessaires et suffisants pour financer une politique de développement du bien-être en entreprise. Sans profitabilité, impossible d’investir dans l’amélioration des espaces de travail, de financer les programmes de formation, … »

 

« Pour moi, la profitabilité n’est que la résultante de la qualité des équipes, de leur ingéniosité, de cet esprit novateur, qui va permettre de se distinguer des concurrents, en particulier dans le cadre d’une Entreprise de Services Numériques. La relation qu’on instaure entre nos collaborateurs est essentielle. D’où le Contrat Social. Faire du business est un but, mais pas une fin en soi » ajoute Gaël Tempier.

 

« Ce n’est pas un problème de préserver les valeurs humaines par rapport à des choix de profitabilité car cette profitabilité n’est que la conséquence de, bien évidemment, une bonne gestion, mais aussi de la qualité du travail et d’implication de l’ensemble de mes collaborateurs. En ce sens il n’y a pas d’effort à proprement parler à fournir, c’est un deal win-win » conclut Gaël qui mise sur un management non pas à la compétence, mais à l’orchestration. Il fait en sorte que les équipes fonctionnent parfaitement ensemble, et joue le rôle éventuel d’arbitre. C’est donc le rôle du manager qui a évolué à son tour, c’est plus un détecteur de talents qu’un donneur d’ordres. Il accompagne ses collaborateurs à atteindre leurs objectifs tout en s’épanouissant.

 

« Il faut un leader, un capitaine de bateau, un chef d’orchestre. » confie-t-il. « C’est facile quand on est une petite entreprise d’inculquer des valeurs. La clé, lorsque l’entreprise croît, c’est d’arriver à ce que le management intermédiaire relaye correctement les valeurs de l’entreprise. »

 

Pour résumer la pensée du boss, on peut dire que le lien entre les valeurs humaines prônées au sein du Contrat Social sont directement associées à cette notion de profitabilité. Sans que les collaborateurs puissent assurer leurs objectifs personnels au travers du but de l’entreprise, il n’y a pas de création de richesse, donc pas de profitabilité. Pigé ?

 

2. Le Contrat Social en deux mots

 

« Dans notre ESN, ce qui fait la différence, c’est le Contrat Social. L’épanouissement se loge dans la relation entre les collaborateurs et l’entreprise. Lorsque l’on fait le constat de l’évolution du travail dans la société, les relations interpersonnelles dans l’entreprise ne doivent plus être régies uniquement par un contrat de travail qui définit un cadre juridique et légal. L’entreprise a un rôle bien plus important à jouer : un rôle social. Il y a donc un véritable contrat social à passer entre le collaborateur et l’entreprise.

Pour le lire, je veux dire le vrai, pas celui de Rousseau non plus, mais le nôtre, faut se faire embaucher par ARTKeoS. Une version courte vous sera remise, et, entre nous, faudra même la signer.

 

« L’entreprise a un rôle bien plus important à jouer que le cadre juridique et légal, un rôle social. »

 

Ce Contrat Social est donc un contrat moral entre le collaborateur et l’entreprise afin de trouver une harmonie qui va permettre au collaborateur de travailler en confiance, et si l’entreprise est profitable de bénéficier de ce partage des richesses, car elle a alors les moyens d’investir sur ses collaborateurs, de les faire grandir. Elle a la possibilité de les mettre en valeur. Le contrat est bilatéral. A contrario, le collaborateur prend un engagement moral vis-à-vis de l’entreprise. Il s’attache au respect des valeurs de l’entreprise qui sont multiples, mais l’on peut citer la bienveillance et l’esprit entrepreneurial. En outre, il se doit d’être proactif dans le développement et la mise en œuvre des valeurs définies chez ARTKeoS.

 

3. En pratique, ça donne quoi ?

 

  • Sylvain et ARTKeoS en couple depuis 2 ans #TheKooples

 Dans une ESN, les consultants vont et viennent. Chez ARTKeoS, chaque collaborateur est un Artee, un membre de la famille. Alors on a envie d’avoir nos consultants pour un bout de temps, même s’ils bossent chez nos clients. On les veut chez ARTKeoS, for good. Sylvain par exemple, coucou, est un consultant présent depuis la naissance d’ARTKeoS. On le bichonne, il écrit des articles pour le Blog, participe à tous nos events, bref, c’est un (vieil) Artee 😉

 

  • Les RH c’est du sérieux #TasCruQuoi

 C’est bien de dire que l’humain doit être au cœur des valeurs de l’entreprise, mais dans les faits, ça se traduit par quoi ? Nommer un Responsable des Ressources Humaines à la création de l’ESN, c’est déjà un bon début, qu’en dites-vous ? Hello Baptiste ! Une oreille, une écoute attentive, un relai managérial, un bon Responsable Ressources Humaines c’est un peu tout ça et beaucoup d’autres choses. Mais ça, c’est chez ARTKeoS.

 

  • La parité est plus que respectée #WomanPowa

On ne peut pas mettre en avant une éthique particulière au sein de l’entreprise et ne pas faire attention à la représentativité de la gente féminine. Chez ARTKeoS, notre Responsable Financière est une femme, notre Responsable Marketing et Communication idem, notre Responsable des Opérations itou, bref, Woman Power au siège social, en tout 5-3 pour les garçons, la balle est au centre.

 

 

Et puis bon, ben on ne va pas tout vous révéler non plus hein, gardons un poil de mystère si vous le voulez bien. Pour ceux qui rêveraient d’en savoir plus sur la recette de notre potion magique, nul besoin d’errer dans la forêt, les ingrédients se logent tous au 1 de la rue Jean-Jacques Rousseau. Y a toujours du café, des bonbons, parfois des crêpes au sarrasin, parce que le boss est aussi chef cuistot, alors passez nous dire bonjour, on sera ravis de vous recevoir ! Et un mot d’ordre : ce n’est pas parce qu’on est redoutables dans le business, qu’on doit renier ses valeurs humaines. C’est dit !

 


Envie d’aller plus loin ? Découvrez notre sélection d’articles

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Contactez-nous

Vous avez envie de nous rejoindre ? Alors pourquoi ne pas prendre contact ?

Start typing and press Enter to search

BOOSTEZ VOTRE CARRIERE !

Découvrez comment valoriser vos compétences et développer votre employabilité.
DECOUVRIR LE GUIDE
close-link

Restons connectés 😉

Recevez le meilleur de l'actualité IT et d'ARTKeoS
S'ABONNER
close-link
Shares