In Management

C’est à se demander si le vocabulaire de la langue française est si riche que cela pour que des anglicismes fleurissent partout, aussi vite que l’on finit le jeu Mario Bros. Que le mot soit un emprunt à la langue anglaise, qu’il soit un néologisme ou simplement du snobisme, c’est une réalité qui a fait ses preuves : selon Markets and Markets, le marché de la gamification pourrait atteindre 5 milliards de dollars en 2018. Explications.

Le management par la gamification

Enfin un sujet « trendy » que les modeuses s’arracheraient s’il s’agissait de haute-couture. Mais il est bien question de management en entreprise, via le game, le jeu. Et ça ne concerne pas seulement les geeks. Vraiment ?

 

Alors, la gamification, c’est quoi ?

article gamification définition

 

D’après El Gamificator, la gamification « consiste à transposer les mécaniques du jeu dans un domaine non-ludique », dans le travail par exemple. Issue du jeu vidéo, la gamification, que l’on pourrait traduire en français par “ludification”, est engageante et permet un apprentissage plus facile de compétences techniques, l’aspect rébarbatif en moins. Les formations sont suivies dans leur entièreté grâce au jeu, avec des feed-backs en temps réel, de l’encouragement durant la progression, et des connaissances retenues dans la bonne humeur. Un apprentissage par la gamification permettrait d’optimiser la quantité d’informations retenues de près de 108 %, notamment, grâce à un processus que l’on appelle « l’apprentissage expérientiel », explique la directrice de la branche Serious Gaming d’IBM Monde.

 

Objectifs et résultats de la gamification

La gamification pourrait se résumer en huit points :

  • Fixation d’objectifs
  • Accomplissement d’une mission définie
  • Augmentation de la performance
  • Récompense à la clé pour les utilisateurs
  • Engagement obtenu par la compétition
  • Valorisation de la collaboration en équipe
  • Gain de points et donc de productivité
  • Meilleur apprentissage

 

Trois éléments-clés afin d’engager un processus de gamification optimum sont nécessaires : la motivation pour susciter l’intérêt de l’utilisateur, le moteur avec une action à réaliser divertissante, le feedback en temps réel comme booster de productivité. L’idée c’est d’avoir le même entrain à suivre une formation professionnelle, ou accomplir une tâche du quotidien en entreprise que pour jouer à Pokemon Go, en d’autres termes.

 

Game mechanics / game dynamics

La Gamification répond à différents leviers. La stratégie à mettre en place comporte six mécaniques : les points, les niveaux, les challenges, les badges, les classements et le don.

A ces mécaniques correspondent six dynamiques : la gratification, le statut, la réalisation (achievement), l’expression personnelle (créativité), la compétition, et l’altruisme.

Tout ceci concourt à instaurer une efficacité et une productivité exceptionnelles dans une atmosphère ludique.

 

gif sega article gamification

 

On est tous de grands enfants

13 millions de personnes sont nées en France entre les années 1978 et 1994 et appartiennent donc à la génération Y. C’est la plus importante après celle des baby-boomers. 200 millions de personnes dans cette catégorie sociétale en Chine, à titre comparatif. Inventée par le magazine Advertising Age, cette expression de « Génération Y » donne lieu à des synonymes selon les pays. En effet, aux Etats-Unis on les appelle les « Digital Natives » pour souligner le fait qu’ils sont nés avec un ordinateur devant les yeux et une souris dans la main.

Cette génération, qui est donc fortement représentée dans le monde de l’entreprise, est la première concernée par ce phénomène de la gamification. Elle est ultra-connectée et donc rompue à la sollicitation par le jeu. Mais tout le monde peut jouer. « Le jeu est transgénérationnel. De plus, savez-vous qui joue le plus sur Facebook ? La génération des 50-59 ans » rappelle Clément Muletier, consultant en gamification et auteur d’un ouvrage sur la gamification dans le business. La gamification est donc très fédératrice.

 

gif game boy article gamification

 

Serious gamers : indémodables

Le concept de gamification en entreprise n’est pas nouveau.

Les frères Cohen ont écrit et réalisé A serious man, le monde de l’entreprise toutes catégories confondues a adopté depuis longtemps les « serious games ». On n’est pas là pour rigoler. Un Serious Game est « un outil utilisant les nouvelles technologies dans l’intention spécifique de faire passer un message de manière attractive. Ce message peut être d’ordre pédagogique, informatif, publicitaire, communicatif ou d’entraînement, tout en ayant l’aspect ludique tiré du jeu vidéo classique ou utilisant la simulation » définit le blog seriousgame.be. En effet, le jeu pédagogique est utilisé depuis longtemps en marketing. Prenez les compagnies aériennes notamment qui fidélisent leurs utilisateurs en les récompensant avec des « miles ». Le gouvernement, la santé, l’éducation, l’écologie : de nombreux domaines s’inspirent du jeu comme outil de propagande.
D’ailleurs, le site seriousgame.fr nous apprend que les chirurgiens qui jouent trois heures par semaine travaillent 27% plus vite et commettent 37% d’erreurs en moins au travail. Quand je vous dis que tout ceci est très sérieux.

La gamification est donc indémodable, au moins autant que Tetris !

 

Jouer comporte des risques

C’est la loi française qui le dit. Si dans le management par la gamification on ne risque ni l’endettement, ni la dépendance ou l’isolement, cette mise en garde concernant la Française des Jeux, il faut bien s’assurer en revanche que le jeu n’excite pas les passions dans l’entreprise. Le but premier est de favoriser la cohésion des équipes, le travail collaboratif, en aucun cas instaurer un climat de tension ni léser les moins joueurs d’entre nous. Il n’est pas question de monter les uns contre les autres, par conséquent, ce n’est pas un concept à mettre entre toutes les mains. Il est idéal à instaurer au sein des équipes commerciales par exemple, qui sont ambitieuses, persévérantes, et qui recherchent la performance. Il est par ailleurs difficile d’obtenir des commerciaux un reporting qualitatif de leur activité, la gamification peut-être un facilitateur. Incent Games, With Eye, FantasySalesTeam sont des jeux rachetés par Microsoft pour les intégrer dans son logiciel CRM Dynamics par exemple. Toute tâche qui appelle à la répétition peut-être plus attractive si le jeu s’immisce dans l’effort. A vos Game Boy !

 

Le couronnement du jeu chez ARTKeoS

Voilà ce qu’il nous reste à faire chez ARTKeoS, mettre en place la gamification dans notre quotidien, car notre start-up est en perpétuel mouvement, toujours à l’affût de nouveaux moyens d’améliorer la qualité de vie en entreprise, de favoriser le savoir-être de nos artees. Nous sommes curieux, en questionnement permanent concernant notre management, alors le concept de gamification nous donne des idées. Alea jacta est

Suivez-nous de près pour découvrir en temps réel les aménagements accueillant l’avènement du jeu dans notre ESN ! Promis, nous vous tiendrons informés. Pour l’instant,

 

Recent Posts

Laisser un commentaire

Contactez-nous

Vous avez envie de nous rejoindre ? Alors pourquoi ne pas prendre contact ?

Start typing and press Enter to search